Massacre en Engadine de Kévin Tondin

Editions : Lulu Press - Nombre de pages : 418 - Nombre de chapitres : 28


Un groupe de jeunes, partis en vacances dans un chalet au cœur de l'Engadine, dans le canton des Grisons, est pris pour cible par un tueur sanguinaire qui est bien décidé à les tuer jusqu'au dernier. Attention, ce roman contient des scènes de violence pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes.



Avant toute chose, je tenais à remercier l'auteur pour l'envoi de son roman et donc, pour sa confiance. Étonnamment, ce fût une bonne lecture malgré mes difficultés à rentrer dans l'histoire.

En effet, j'avouerais avoir eu un peu de mal à m'y mettre. Beaucoup de personnages nous sont présentés et on peut vite s'emmêler les pinceaux. De plus, pendant les 100-150 premières pages, il ne se passe pas grand-chose. On fait connaissance avec les jeunes, on découvre le lieu de leurs vacances. Finalement, je réalise avec du recul que c'est normal. L'auteur pose les bases de son intrigue, instaure une certaine ambiance.

Il y a pas mal de description, ce qui donne un côté très visuel à l'histoire. C'est très facile d'avoir les images en tête. Je vous laisse donc imaginé ce que ça donne lors des scènes d'horreur. Car il y en a, et pas qu'un peu ! 

Comme indiqué dans le résumé, ce roman est pour un public averti. Les scènes de massacres sont très bien décrient et sont d'une grande violence. Nos jeunes protagonistes vont se retrouver face à un malade sadique et sans aucune empathie. Je me suis même dit : "j'espère ne jamais tomber sur ce genre d'individu !"

Kévin Tondin précise, chose que j'ai appréciée d'ailleurs, que le scénario n'a rien d'original, mais que tout est dans la façon dont il est amené (la relation entre les personnages ou les meurtres). On sait donc d'entrée, à quoi s'attendre. Et pour le coup, c'est difficile d'être surprise par le dénouement de l'intrigue (je suis une fan de films d'horreur), on retrouve le schéma classique. J'ai tout de même apprécié le petit clin d'œil à Vendredi 13. Et ce n'est pas la seule référence que l'auteur nous donnera tout au long de son roman. 

Pour ce qui est de la fin, elle est un peu comme le reste du roman : on s'y attend. Toutefois, l'auteur conclut son histoire avec un certain rebondissement qui laisse la possibilité d'une suite ou c'est tout simplement une fin ouverte, comme on peut en voir dans pas mal de scénario de films d'horreur.

J'ai bien aimé ma lecture malgré un démarrage difficile. Et si le dénouement de l'intrigue est assez prévisible, on passe tout de même un bon moment. De plus, j'ai adoré découvrir un petit bout de la Suisse tout au long du roman.

Ma note : ★★

Aucun commentaire:

Publier un commentaire