Juste une ombre de Karine Giebel

Editions : Pocket - Nombre de pages : 606 - Nombre de chapitres : 62


D'abord, c'est une silhouette, un soir, dans la rue... 
Un face-à-face avec la mort. 
Ensuite, c'est une présence. Le jour : à tous les carrefours. La nuit : à ton chevet. Impossible à saisir, à expliquer, à prouver. 
Bientôt, une obsession. Qui ruine ta carrière, te sépare de tes amis, de ton amant. Te rend folle. Et seule. 
Juste une ombre. Qui s'étend sur ta vie et s'en empare à jamais. 
Tu lui appartiens, il est déjà trop tard.


On va faire la connaissance de Cloé qui travaille en tant qu'assistante de direction dans une boîte de publicité. Tout semble aller pour le mieux dans sa vie. Jusqu'à ce fameux soir où, en sortant d'une soirée, elle va être suivie par un individu dans la rue. Elle ne verra rien d'autre que son ombre. Elle n'a pas idée que cette frayeur d'un soir va transformer sa vie à jamais.

En effet, par la suite, pleins de petites choses étranges vont lui arriver dans son quotidien et elle est persuadée que c'est cette personne qui en est à l'origine. Elle va en parler à sa meilleure amie, à des policiers mais tout le monde met ça sous le coup du choc, de la peur qu'elle a ressentie cette nuit-là.

J'ai tout simplement adoré ma lecture, au point d'en devenir accro. L'histoire était vraiment addictive, l'intrigue quant à elle était prenante et haletante. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en me lançant dans ce roman, et j'avoue ne pas trop avoir cherché. Je voulais me faire surprendre et l'auteure à parfaitement réussi.

Karine Giebel a un style d'écriture qui m'a accroché directement et m'a plus tout le long de ma lecture. C'est simple et fluide. D'un côté, on suit Cloé et son quotidien et de l'autre, on a le commandant Gomez et le sien. J'adore les thrillers où on suit deux vies, deux points de vus car je sais qu'à un moment ou un autre de ma lecture, les deux vont se croiser, voire même se rejoindre. Et ça n'a pas loupé.

Beaucoup de personnes ont détesté le personnage de Cloé, ça n'a pas été mon cas. C'est vrai qu'elle a un caractère bien trempé et que quelques claques ne lui auraient pas fait de mal. J'ai adoré voir son évolution tout le long de l'intrigue. Et concernant Gomez, je me suis directement attaché à son personnage. C'est le seul d'ailleurs, auquel je me suis attaché. 

Et pour ce qui est de la fin, elle était inattendue. Il n'en fallait pas plus et il n'en manquait pas moins !


Où en suis-je dans mes lectures ? (11)


Lectures du mois de Juillet au mois de Septembre 2017

Mes dernières lectures

● Play : Manipuler ou être manipuler d'Anders de la Motte
● Robe de marié
 de Pierre Lemaitre
● 
Une mère sous influence de Patricia Macdonald
● Thérapie de Sebastian Fitzek

Le livre dont vous êtes la victime de Malo de Braquilanges

Editions : Autoédité - Nombre de pages : 205 - Nombre de chapitres : 18


Vous vous réveillez. Ou alors vous êtes morte. Ouvrir le livre dont vous êtes la victime, c'est mettre votre propre vie en danger. On vous a enlevé. Jusqu'où êtes vous prêt à aller pour vous échapper ? Vous devrez lutter pour vous en sortir, pour tenter de reprendre le cours de votre vie. Vous connaîtrez le poids du regard des autres. Vous connaîtrez l'exclusion. Vous n'arriverez plus à dormir. Vous allez fuir, vous devrez affronter votre propre famille. Vous êtes seul. Vous devrez vous battre pour votre survie. Ne vous y trompez pas, aujourd'hui, la victime, c'est vous. Oserez-vous ouvrir le livre dont vous êtes la victime ?


Je tenais avant toute chose à remercier l'auteur, pour m'avoir permise de découvrir son roman que je ne connaissais pas du tout. Le titre est très aguicheur et le résumé très tentant. Et j'ai été agréablement surprise par le contenu que proposait ce livre. 

Tout d'abord, tout le récit est écrit à la deuxième personne du pluriel (vous). Ça donne un aspect original et unique. Et on se sent encore plus investit dans l'intrigue, plus concerné par ce qui arrive. C'était une première pour ma part, n'étant jamais tombé sur un roman écrit de cette manière. Autre petit plus que cela apporte à la lecture : puisque c'est nous, dans le roman, il est très facile de s'imaginer vivre l'histoire.

Pour ce qui est de l'intrigue, elle prend un peu de temps à se mettre en place. Mais une fois qu'elle est là, l'histoire prend une nouvelle tournure, qui devient plus intéressante. L'auteur nous balade durant toute la lecture au point où on se demande : rentrons-nous réellement dans la folie ou sommes-nous tout simplement manipuler ? 

Une petite romance s'installe en milieu de lecture. J'ai bien aimé car ça apportait un certain réconfort au milieu de toute cette pagaille, même si elle sera assez courte, malheureusement.

Le suspense est haletant et monte de plus en plus. Sur la fin, il y a une tension vraiment pesante. Le dénouement final est très rapide. Peut-être un peu trop, à mon goût. J'avais tout compris un peu avant celui-ci mais j'avoue avoir été surprise par cette fin. Elle est assez brutale et m'a laissée bouche bée. 

L'auteur arrive à garder tout le mystère et le doute jusqu'à la dernière page et malgré une fin inattendue et surprenante, referme son histoire comme il se doit.


Ma note : ★★

Mémé dans les orties d'Aurélie Valognes

Editions : Le Livre de Poche - Nombre de pages : 252 - Nombre de chapitres : 41


Ferdinand Brun est atypique. 
Le genre de vieux monsieur qui boude la vie et s'ennuie à (ne pas) mourir. 
Tel un parasite, il occupe ses journées en planifiant les pires coups possibles qui pourraient nuire et agacer son voisinage. 
Il suffit d'un nœud qui se relâche et laisse partir son seul compagnon de vie, Daisy sa chienne, pour que tout s'écroule. 

Quand Juliette, une fillette de dix ans, et Béatrice, la plus geek des grands-mères, forcent littéralement sa porte pour entrer dans sa vie, Ferdinand va être contraint de se métamorphoser et de sortir de sa chrysalide, découvrant qu'il n'est jamais trop tard pour commencer à vivre...


Après avoir vu passer ce roman un peu partout, avec que de bons avis, je me suis moi aussi jeter à l'eau sans trop savoir à quoi m'attendre. Contrairement à beaucoup, je n'ai pas eu de coup de coeur. Cependant, j'ai passé un super moment de lecture. 

Au tout début de ma lecture, j'étais assez sceptique. On fait la connaissance de Ferdinand, un petit vieux âgé de 83 ans, vivant dans une petite résidence et dont son passe-temps favoris et d'embêter ses voisines. Je n'accrochais pas trop avec ce personnage mais au fur et à mesure que j'avançais dans l'histoire, j'ai appris à l'apprécier. Il a même fini par me toucher sur les dernières pages. 

Il se passe tout un tas de choses dans le récit, pas mal de rebondissement auxquels je ne m'attendais pas du tout. C'était vraiment bien et ça donnait un rythme à la lecture. Les chapitres sont courts, le texte écrit assez gros, ce qui aide encore plus. 

Ça se lit vite mais ça se lit bien. Je n'ai pas forcément ri durant ma lecture mais je dois avouer que sur l'un des chapitres, j'ai eu un peu les larmes aux yeux tellement c'était touchant. J'ai adoré la tournure de l'histoire ainsi que de suivre l'évolution de ce personnage pour lequel on finit par s'attacher.

Si vous ne connaissez pas encore ce roman, je vous invite à le découvrir. Surtout si vous cherchez une lecture détente, sans prise de tête.


Ma note : ★★

À quelques secondes près & À toute épreuve d'Harlan Coben

Editions : Pocket - Nombre de pages : 340 (T2) & 349 (T3) - Nombre de chapitres : 49 (T2 & T3)


À quelques secondes près : Mickey Bolitar et ses nouveaux amis se retrouvent impliqués dans une effrayante affaire lorsqu'une camarade de classe se fait abattre par balle. Alors qu'ils tentent d'en savoir plus sur l'assassin, un certain "Boucher" se met à les menacer... Tout comme son oncle Myron, Mickey a l'esprit vif. Mais cette fois, il doit garder la tête froide et accepter l'aide de ses amis tout en protégeant ceux qu'il aime... Même s'il ignore contre qui ou quoi exactement.

À toute épreuve : Parfois Mickey aimerait bien être un lycéen comme les autres. Être accepté par les membres de son équipe de basket, traîner avec ses amis, sortir avec la belle Rachel... Mais Mickey est un Bolitar, et avec le nom, vont les responsabilités. 
Celle d'élucider une série de disparitions qui ébranlent son lycée. Celle d'aider ce Jared que son amie Emma n'a jamais rencontré, mais dont elle se sent déjà si proche sur la Toile, et qui s'est volatilisé. Celle, enfin, de percer le mystère autour de la mort de son père. 
Oui, Mickey est bien un Bolitar et, comme son oncle Myron, il va devoir apprendre le prix de la vérité.




L'année dernière, j'avais lu le premier tome "À découvert" qui avait été un coup de coeur. Dans la foulée, je m'étais acheté la suite. Mais j'ai attendu plus d'un an avant de me lancer dans celle-ci, chose que j'ai faits durant ce mois de novembre.

Plutôt que de vous faire une chronique pour chaque tome, j'ai eu envie de vous donner mon avis global sur les deux dans une seule chronique. Toutefois, vous pouvez retrouver mon avis sur le premier tome ici. Alors, que vous dire sur ce second et troisième tome ? 

J'ai passé de très bons moments en compagnie de chacun d'eux. Ils se lisent facilement et rapidement. Je n'ai pas eu besoin de relire le premier tome pour me remettre dans le bain, l'auteur s'est chargé de refaire des rappels à chaque début de lecture. 

Concernant l'intrigue, je l'ai trouvé peut-être un peu moins haletante que dans "À découvert" étant donné que je n'ai pas eu de coup de coeur pour la suite de la saga. Cependant, elle reste intéressante et nous tient en haleine jusqu'aux toutes dernières pages. Durant toute la lecture et ce, peu importe le tome, il y a des rebondissements et des révélations inattendues. C'est ce que j'aime dans cette saga.

Je pense (et j'espère) qu'un quatrième tome verra un jour, le jour, car à la fin de ce troisième opus, il nous reste pas mal de questions sans réponses et un certain mystère plane encore quand on le referme. 

C'est typiquement le genre de roman qui se laisse lire, les pages se tournent naturellement, on ne se pose pas de questions, on ne se prend pas la tête. De temps en temps, ça fait du bien. Surtout quand on ne sait pas trop quoi lire (comme moi, en ce moment). 

Harlan Coben fait partie de ces auteurs dont vous savez que vous passerez un bon moment en compagnie de ses livres. Quoi qu'il en soit, je vous recommande chaudement cette trilogie.


Ma note : ★★

Cold Winter Challenge 2017


Ce challenge est organisée cette année par Margaud

❄ Points importants :

- Ce challenge durera du 1er décembre 2017 au 31 janvier 2018 !
- Il faut impérativement choisir un menu. 
- Il est possible de choisir tous les menus. 
- Le challenge est réussit si vous lisez 1 livre d'un des menus.

❄ Les quatre menus sont :

- La magie de Noël : l'histoire doit se dérouler durant les fêtes de fin d'année.
- Flocons magiques : fantasy, fantastique, SF sont les bienvenus. À condition que l'histoire se passe en hiver, dans le froid. 
- Marcher dans la neige : lire du Nature Writing. Le(s) personnage(s), le narrateur doit se déplacer dans la neige et/ou dans un pays froid. 
- Stalactites ensanglantées : thriller, polars, romans noires, romans policiers sont de la partie. Mais là encore, il faut que l'histoire se déroule soit en hiver, soit dans un pays froid. 

❄ J'ai choisis le menu "Stalactites ensanglantées"
Mes prévisions : 

- La fille dans le brouillard de Donato Carrisi
- Une erreur judiciaire d'Anne Holt
- Juste une ombre de Karine Giebel 
- Une affaire de sang de Bonnie MacBird


Hématome de Maud Mayeras

Editions : Le Livre de Poche - Nombre de pages : 312 - Nombre de chapitres : 13


Dans une chambre d'hôpital, une jeune femme se réveille péniblement. Elle ne sait ni qui elle est, ni pourquoi son corps la fait autant souffrir : sa mémoire est comme effacée. A son chevet, Karter, son compagnon, effondré, lui apprend qu'on l'a agressée, puis violée. Dès sa sortie, Emma, assaillie par des flashs terrifiants, tente de reconstituer le puzzle de sa vie. Qui l'a agressée alors qu'elle attendait un enfant ? Quel grand malheur a mis un terme à sa carrière ? Et pourquoi le silence la sépare-t-il de son père depuis toutes ces années ? Bribe par bribe, les souvenirs ressurgissent, sans apporter compréhension ni réconfort. Emma croise des personnages de plus en plus inquiétants et la mort semble peu à peu tout recouvrir autour d'elle...



Je tenais tout d'abord à remercier mon amie Élodie qui m'a permis de découvrir ce roman. Avant ça, je n'avais jamais entendu parler de ce livre et ça a été une très bonne découverte.

Tout est dit dans le résumé : on va suivre Emma qui, suite à une agression, va avoir un gros trou de mémoire. Durant toute notre lecture, on va donc être dans le flou total comme elle, et petit à petit nous souvenir de notre vie avant cet incident.

Très sincèrement, ce roman m'a, au début, beaucoup fait penser au livre "Avant d'aller dormir" puisque le thème est un peu le même. Sauf que dans Hématome, c'était moins répétitif et plus addictif. En effet, j'ai littéralement dévoré ma lecture en quatre jours. 

On s'attache très rapidement à Emma au vu de la situation qu'elle vit et comme elle, on a envie de comprendre, de savoir pourquoi ? comment ? Et plus on avance dans le récit, plus on (ré)apprend certaines choses. J'ai trouvé que l'auteure avait une imagination de dingue pour nous créer une histoire comme celle-ci. Chaque pièce de puzzle retrouve sa place avec son petit effet. 


Quant au titre du roman, j'ai adoré comment Maud Mayeras lui a donné tout son sens. 

L'intrigue est haletante et nous tient en haleine jusqu'à la dernière page. J'ai franchement été surprise de la tournure de l'histoire mais dans le bon sens du terme. Et si vous ne l'avez pas encore lu, je vous le recommande !



Ma note : ★★

Du feu de l'enfer de Sire Cédric

Editions :  Presse de la cité - Nombre de pages : 557 - Nombre de chapitres : 106



Manon maquille les cadavres, Ariel maquille les voitures. Elle est thanatopractrice, il est délinquant. Ils sont frère et soeur. Un jour, l'une des combines d'Ariel tourne mal et Manon se retrouve complice malgré elle. Lorsque les assassinats les plus sordides s'accumulent autour d'eux, traçant un jeu de piste sanglant vers une secte satanique, le capitaine Raynal s'intéresse à leur cas. Commence alors une traque qui brouillera les limites entre alliés et prédateurs et mettra à l'épreuve les liens du sang.


Comme vous devez le savoir maintenant, si vous me suivez depuis un petit moment maintenant, ou non si vous êtes nouveau, Sire Cédric est une valeur sûre pour moi dans le genre du thriller car en plus de nous inventer des histoires plus captivantes et haletantes les unes que les autres, il arrive à y incorporer du surnaturel et/ou du trash en plus. C'est ce qui fait sa signature, si on peut dire ainsi. Et je trépignais d'impatience à l'idée de me plonger dans son tout dernier roman. C'est chose faite maintenant.

Dans ce nouveau récit, pas de surnaturel comme on a l'habitude de retrouver avec cet auteur. J'avais été prévenue et n'ai donc pas été surprise. Néanmoins, le sujet abordé m'a fasciné durant toute ma lecture. En effet, il est question de secte satanique. 

On va suivre Manon ainsi que son frère, Ariel. Manon est une jeune femme indépendante avec un travail assez particulier que je ne connaissais pas vraiment avant de lire ce roman. Après le décès d'une personne, elle s'occupe d'habiller et maquiller celle-ci pour la cérémonie des funérailles (par exemple, si la famille souhaite une cérémonie à cercueil ouvert). Quand on y pense bien, c'est un métier qu'on n'aborde pas et c'est dommage car certes, c'est difficile mais ça a le mérite d'être un peu plus connu. L'auteur a fait un brillant travail de recherche et c'était super-intéressant.

Concernant son frère, hélas, il n'a pas de travail et a le profil du petit délinquant. Suite à l'une de ses affaires pas très légales, il va embarquer sa soeur dans une véritable descente aux enfers. Ça partait de rien du tout et pourtant, ils ne savent pas ce qui les attend ni à quel point leur vie ne sera plus jamais comme avant.

Tout dans ce livre m'a plu même si j'avoue qu'à plusieurs reprises, Ariel m'a énervé. Son comportement envers sa soeur m'écoeurait mais vu le profil du personnage, ce n'est pas si étonnant que ça finalement. Pour ce qui est de l'histoire, je l'ai trouvé dinguissime. Un véritable film se déroule sous nos yeux durant la lecture. C'est tellement bien écrit et décrit, qu'on n'a pas de mal à s'imaginer les scènes.

Les pages se tournent toutes seules et c'est assez gore. J'ai même trouvé que c'était plus gore que d'habitude mais personnellement ça ne m'a pas dérangé, bien au contraire. Comme je vous l'ai dit un peu plus haut, le sujet qu'on y aborde m'a vraiment plus. Et comme à son habitude, Sire Cédric nous lâche des retournements de situation inattendue.

Au fur et à mesure que j'avançais, j'étais persuadée mais alors au plus haut point, d'avoir compris telle ou telle chose. Et puis je tourne les pages et là ! J'avais tout faux depuis le début. Je suis resté bouche bée face à ce retournement que je n'ai pas vu venir et c'est ça que j'aime dans les romans de cet auteur.

Pour conclure, ce fût un coup de coeur. Sire Cédric change un peu de registre avec ce nouveau roman et c'est totalement réussi. C'est là qu'on voit que, même sans fantastique, surnaturel, l'auteur s'en sort parfaitement bien et arrive à nous faire passer un moment de lecture qu'on ne peut pas oublier de sitôt.

La belle assise de Brice Milan

Edition : / - Nombre de pages : 102 - Nombre de chapitres : /


Jean-Yves tombe amoureux d'une jeune fille paraplégique, Emma, chaperonnée par sa tante. La mère de Jean-Yves, veuve, s'oppose à sa liaison... À tort ou à raison ?


Je tenais à remercier l'auteur pour m'avoir permise de découvrir sa nouvelle. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant mais en voyant le résumé, je me suis laissé tenter.

L'histoire est a priori simple : on va suivre Jean-Yves dans un quotidien assez monotone. En effet, suite au décès de son père, il a reçu en héritage la moitié de la fortune de celui-ci. Il ne trouve donc pas nécessaire de gagner sa vie en travaillant. Et puis un jour, il va croiser la route d'Emma, jeune femme en fauteuil roulant. Cette simple rencontre d'à peine quelques secondes, va lui suffire pour tomber éperdument amoureux.

Va alors s'ensuivre par la suite, une quête à la recherche de cette belle assise. Cependant, elle va s'avérer beaucoup plus complexe qu'elle n'y paraissait au départ ! 

L'histoire commence tranquillement puis, au fur et à mesure que l'on avance dans le récit, elle devient prenante. Et malgré le fait que ce soit une courte nouvelle, j'ai trouvé que c'était amplement suffisant. Brice Milan mélange romance, intrigue policière et histoire de famille. Et le rendu est vraiment pas mal. 

La fin est belle quoique un peu trop facile à mon goût. Toutefois, l'auteur à sût bien conclure son récit. Et à temps. 

Ce fût donc une lecture rapide, addictive et surprenante, que je recommande avec plaisir.



Ma note : ★★