Pumpkin Autumn Challenge 2019


Je suis heureuse de vous retrouver aujourd'hui pour un nouvel article ! Et vous l'aurez sans doute compris grâce au titre, nous allons parler du Pumkin Autumn Challenge, car oui, c'est reparti ! 

Ce challenge a été créé par GuimauseVous trouverez ci-dessous, les modalités de participations ainsi que les menus proposés cette année (les visuels explicatifs viennent d'ici). Petite nouveauté : en plus de vous concocter une pile de livres à lire, vous avez la possibilité d'incorporer ou de ne participer qu'avec une sélection de films et/ou de séries en rapport avec les menus !


Parmi ces quatre menus, j'ai pris comme l'année dernière "Automne Frissonnant", qui sera mon menu principal puisque j'ai réussi à trouver un roman pour chaque catégorie. Mais j'ai également pris le menu "Automne Douceur de vivre" pour pouvoir y caser un seul livre. Ce sera donc un bonusMaintenant que les explications sont faites, place à ma sélection !



Tu n'en reviendras pas ! 
Tu me manques d'Harlan Coben
Les os/eaux de Davy Jones
Sherlock Holmes : Le chien des Baskerville de Conan Doyle
Les Freaks, c'est chic !
Métro Z de Fabien Clavel - Dôme, tome 1 de Stephen King


Jack-O'-Lantern
Bourbon Kid, tome 2 : L'oeil de la lune d'Anonyme


Bon challenge et bonnes lectures !

L'Alphabétique du hasard de Ségolène Bourlard

Editions : Librinova - Nombre de pages : 240 - Nombre de chapitres : 30


"L'histoire de ma rencontre avec Victoria aurait pu présager une amitié ou du moins une relation tout à fait anodine et banale, mais il n'en fut rien. Nous fûmes tout simplement placées l'une à côté de l'autre le premier jour de la rentrée des classes du collège. L'alphabétique du hasard."

Lorsque Audrey, petite fille pleine de malice et d'ambition, rencontre l'énigmatique et sophistiquée Victoria Dantes le jour de la rentrée des classes, elle est tout de suite fascinée par le personnage. Une fascination mutuelle, malsaine et obsessionnelle aux conséquences tragiques. L'enfer n'est pas nécessairement pavé de bonnes intentions...


Avant toute chose, je tenais à remercier l'autrice de m'avoir permis de découvrir son récit. 

On ne peut pas plaire à tout le monde. Et L'Alphabétique du hasard en est l'exemple avec moi. En effet, je n'ai pas réussi à me plonger totalement dans ma lecture. Je ne me suis attachée à aucun des personnages. Je ne sais pas si c'était intentionnel ou non. Et puis le sujet abordé, on parle d'une amitié malsaine, est intéressant, mais est exploité ici d'une façon qui ne m'a pas percutée. 

J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de longueurs... Il ne se passe pas grand chose. J'avouerais que parfois, j'ai lu en diagonale pour pouvoir aller à l'essentiel. On s'attend durant tout le roman, qu'il se passe quelque chose. Malheureusement, j'ai trouvé que l'événement en question arrive un peu tard et surtout, on l'aborde très brièvement. Et ça, c'est vraiment dommage. 

Je m'attendais à un peu plus d'action, à un vrai thriller, avec du suspense et de la tension. Les ingrédients essentiels, selon moi, pour faire un bon thriller. Et encore plus, quand il s'agit d'un thriller psychologique. 

Concernant la fin, j'ai été un peu déçue. Pendant toute ma lecture, j'ai attendu un retournement de situation, un "je-ne-sais-quoi" qui me surprendrais. Mais ce n'est jamais vraiment arrivé. Je reste donc sur ma faim. 

Vous l'aurez compris, je n'ai malheureusement pas accroché à cette lecture. Mais les goûts et les couleurs diffèrent d'une personne à une autre. C'est pour cela que je vous invite à le découvrir à votre tour, afin de vous faire votre propre avis et qui sait, vous accrocherez peut-être plus que moi !



Ma note : ★★

Vindicta de Cédric Sire

Editions : Metropolis - Nombre de chapitres : 144 - Nombre de pages : 577


"On entre, on prend le fric, on ressort. Personne ne sera blessé. "

Leur plan est sans risque. Le bijoutier ne portera pas plainte pour le vol car son argent est d'origine illégale. Damien, Élie, Audrey et Driss s'imaginent avoir trouvé la réponse miracle à tous leurs problèmes.

Fraîchement muté dans un groupe de surveillance, Olivier est loin d'imaginer que la planque qu'on lui a assignée fera de lui le témoin clé d'un cyclone meurtrier, dans le sillage d'un tueur glacial et méthodique que rien ne semble pouvoir arrêter. Des déserts du Moyen-Orient aux villes sombres et silencieuses du territoire français, quand la vindicte est en marche, plus rien ne peut vous sauver.

" Une traque haletante secouée de fausses pistes "

Pur instrument de torture et de mort, il n'a pas de nom, pas de visage, l'habitude de tuer et un cimetière de cadavres derrière lui. Mais dans cette affaire, pas de contrat. Cette fois-ci pour lui : c'est personnel.


C'était avec une grande impatience que j'attendais le prochain roman de Sire Cédric ou devrais-je plutôt dire Cédric Sire ! Son dernier roman "Du feu de l'enfer", parût en 2017, soit il y a 2 ans maintenant, avait été pour moi un énorme coup de cœur.

Le plan de nos quatre jeunes protagonistes : Damien, Audrey, Elie et Driss, que nous allons suivre sans relâche durant toute la lecture, paraît simple. Et pourtant... ils sont loin d'imaginer tout ce que cela va engendrer par la suite.

En parallèle, nous allons suivre, Olivier Salva, qui n'imaginait pas avant d'être muté au sein du groupe de la surveillance, ce retrouvé au cœur d'une histoire aux proportions inimaginable. Mais c'est sans compter sur une menace impitoyable qui règne au-dessus de tout ce petit monde.

Quel roman ! Tout ce que j'aime est réuni dans ce roman de pratiquement 600 pages. Comme toujours, l'auteur manie à la perfection, son intrigue et le suspense qui en découle. 

L'histoire quant à elle, est fluide ; les chapitres sont courts. L'écriture est addictive. Les descriptions sont incroyablement (sanglantes) bien faites. Les images nous viennent très facilement. Et le dénouement final m'a complètement scotchée.


Cédric Sire excelle au-delà du surnaturel et nous le prouve avec cette pépite. Vindicta est un véritable pages-turner qui, encore une fois, confirme que sa plume est unique.




Crains le pire de Linwood Barclay

Editions : France Loisirs - Nombre de pages : 544 - Nombre de chapitres : 46


Que peut-on imaginer de pire pour un père que de réaliser, impuissant, que sa fille a disparu ? Tim Blake, père de famille divorcé, mène une vie paisible. Sydney, sa fille de 17 ans, a trouvé un petit boulot d'été dans un hôtel. Ce matin-là, elle s'en va et lui promet d'être de retour pour dîner. Mais le soir, elle ne rentre pas et ne laisse pas de message ; les autres soirs non plus. Tim mettra tout en œuvre pour retrouver Sydney...


Ces derniers temps, j'ai eu envie de sortir quelques livres qui étaient dans ma bibliothèque depuis des années. Je suis donc bien contente d'en avoir sorti "Crains le pire" puisque j'avais très envie de découvrir l'auteur. Et malheureusement, j'ai été pas mal déçue de cette lecture. 

Tout d'abord, j'ai mis beaucoup trop de temps à le lire : 2 mois. Alors ça s'explique. Je suis partie 2 semaines sans le prendre. Et pour cause : je n'avais tout simplement pas envie de le prendre avec moi, pour être honnête avec vous. Mais même avant de partir, j'avais du mal à me plonger dans ma lecture. 

L'intrigue proposée ici est assez basique : Sydney, ne rentre pas après sa journée de travail. Les heures passent, les jours également et toujours pas de nouvelles. Son père, Tim, mène son enquête pour la retrouver. Durant toute la lecture donc, nous allons le suivre dans ses recherches. 

Je n'ai pas réellement été emportée. Malgré une intrigue basique certes, mais tout de même intéressante, je ne l'ai pas trouvée haletante. J'aime être dans le "feu de l'action". Tourner les pages encore et encore afin d'avoir les réponses à mes questions. Malheureusement pour moi, ça n'a pas été le cas avec ce roman.

La construction du roman n'a pas réellement aidée non plus. En effet, aux éditions France Loisirs, les chapitres se suivent les uns à la suite des autres. Ce n'est pas une structure que j'apprécie forcément. 

Toutefois, il y a pas mal de rebondissements, que j'ai adoré. Ils m'ont surprise même s'ils peuvent être prévisibles. 

Et puis arrive la fin. Comment vous dire ? J'ai été super déçue en refermant ma lecture. Je me suis dit : "tout ça, pour ça ?". Encore maintenant, au moment où je rédige mon avis, je reste sur ma faim. Je ne savais pas à quoi m'attendre, très clairement. Mais sûrement pas à ça ! 

C'est un avis assez mitigé que j'ai concernant l'auteur pour le moment. Mais je n'en resterais pas là et lirais un autre de ses romans afin de me faire un second avis et peut-être que cette fois-ci, il sera un peu plus positif.



Ma note : ★★

Masque de Nuit pour les lèvres - Laneige

RÉVEILLEZ-VOUS AVEC DES LÈVRES DE BÉBÉ GRÂCE AU Lip Sleeping Mask

C'est le soin idéal avant l'application du rouge à lèvres, le rendu est meilleur et la couleur tient plus longtemps.



À l'occasion de la sortie de la marque LANEIGE en Franche en début du mois, j'ai eu la chance de recevoir l'un des produits de la gamme. Et parmi tous les produits, ce fût le masque de nuit pour les lèvres que j'ai reçu. Moi qui est toujours des soucis de lèvres sèches voire gercées et ce, peu importe la saison. C'est vraiment galère de les aider à se réparer et j'ai déjà essayé beaucoup de choses : les baumes à lèvres (qui ne fonctionnent pas sur moi, malheureusement), la vaseline (qui marche plutôt bien, la seule d'ailleurs, qui fonctionne un minimum sur moi), les gommages (qui gomment plus ou moins bien mais le résultat attendu n'est pas toujours présent). Du coup, j'ai été super-heureuse de pouvoir tester quelque chose de nouveau pour mes lèvres, avec l'infime espoir d'avoir LE produit miracle !

« Ce masque de nuit agit comme un baume adoucissant qui enveloppe les lèvres pour maximiser leur hydratation.De puissants antioxydants nourrissent et régénèrent les lèvres desséchées pendant le sommeil. La formule, à base d'acide hyaluronique et de minéraux, laisse les lèvres douces, confortables et nourries en profondeur, prêtes pour une nouvelle journée ! »

Avant cette réception, je n'avais jamais entendu parler de la marque. C'est donc une totale découverte pour ma part. Ce qui m'a le plus plus, c'est leur fameuse Sleeping Beauty. La marque optimise l'efficacité de ses formules en se focalisant sur la capacité naturelle de la peau à se régénérer pendant le sommeil. Le masque pour les lèvres est riche en vitamine C et en antioxydants issus d'un mélange nourrissant à base d'extraits de framboises, de fraises, de canneberges, de baies de goji et de mûres. Il utilise également la technologie Moisture Wrap, qui conserve les ingrédients actifs et l'eau minérale pour une meilleure hydratation. 


Le masque est dans un joli petit pot et accompagné d'une sorte de petit pinceau, ou plutôt une petite spatule afin de prélever la quantité suffisante et ce, sans y mettre les doigts. Pour avoir testé avec et sans, c'est beaucoup plus pratique et plus hygiénique avec. C'est vraiment top d'avoir pensé à ce petit accessoire. De plus, elle se range dans une petite pochette toute mimi !

L'odeur est très douce : ça sent super bon la fraise. La texture quant à elle est super agréable, légèrement collante. Ce n'est pas gênant pour autant. Du moins, pas pour moi. Cela me fait penser au gloss, niveau texture et rendu sur les lèvres. Ce que j'adore faire, hormis en mettre en couche généreuse avant de dormir, c'est l'appliquer après un gommage ! Le rendu attendu est au rendez-vous : les lèvres sont toutes douces. C'est donc un produit qui tient ses promesses. 

Quoique, j'ai remarqué qu'il y a quand même des jours où je me retrouve avec les lèvres gercées, avec le plus souvent des petits bouts de peaux (#glamour). Et ce, même si j'en met tous les soirs. Certes, c'est beaucoup moins qu'avant. Mais bon, après tout, je crois qu'il n'existe malheureusement pas de produits miracles. 

Toutefois, car malgré tout il y a quelque chose qui me chiffonne un peu et je me dois de vous en parler, si vous êtes regardant de la composition : fuyez ! J'ai passé ce masque sous deux applications et les deux donnent le même résultat : la compo est médiocre. Et depuis que je sais ça, mon avis a un peu changé. J'essaye de faire un minimum attention à ce qu'il y a dans les produits, surtout quand il s'agit de soins. 

Si cela ne vous dérange pas, alors oui je vous conseillerais ce produit. Le rapport qualité/prix est abordable. En revanche, si pour vous, la composition compte, je vous recommanderais plus de vous tourner vers autre chose, comme par exemple de la Vaseline Pure, qui fonctionne très bien sur moi et qui finalement, donne exactement le même résultat. 


Les + : 
- Le rapport qualité/prix
- L'odeur et la texture
- L'efficacité du produit 
- La petite spatule vendu avec

Les - : 
- La composition qui n'est pas clean 

On a toute la vie pour mourir de Cyrille Thiers

Editions : Auto-édition - Nombre de pages : 369 - Nombre de chapitres : 15


J'ai rassemblé dans cet ouvrage quinze histoires très noires dont certaines ont eu l'honneur d'être primées dans divers concours. Ces récits ont en commun la mort sous toutes ses formes, jusqu'aux plus improbables. Souvent violente, parfois glauque, elle façonne minutieusement la noirceur de ces intrigues en les parsemant de cadavres, d'ossements, et même de momies. Vous aurez probablement du mal à discerner les victimes des coupables. Néanmoins, jusqu'à l'hécatombe finale, je vous garantis un plaisir aussi malsain que jubilatoire en observant les acteurs de ces tranches de vies, ou plutôt devrais-je dire ... de ces vies tranchées.


Je remercie l'auteur de m'avoir proposé son recueil de nouvelles afin que je puisse le découvrir. 

Si vous me suivez depuis un petit moment, vous devez sans doute savoir que j'ai un peu de mal avec le format des nouvelles. Toutefois, je suis tombé sur de très bonnes histoires, voire même des petites pépites, ce qui fait que je reste toujours ouverte, sait-on jamais sur quoi je pourrais tomber ! 

Dans ce recueil-ci, Cyrille Thiers nous propose 15 nouvelles, qui abordent toutes un sujet différent mais dont l'intrigue amène toujours au même thème : la mort. Et ce, sous toutes ses formes. Cela a dû demander à l'auteur un certain travail de recherche.

J'ai trouvé les histoires vraiment sympas et originales. L'auteur saute du coq à l'âne avec une simplicité déconcertante. Une nouvelle parlera de la musique classique quant à la suivante, parlera de généalogie. Chaque histoire est donc intéressante. De plus, j'ai vraiment aimé le fait que certaines soient connectées. 

D'ailleurs, une nouvelle a réussi à sortir du lot pour ma part. Celle qui s'intitule "Dérapages". Je crois que ce qui a marché sur moi, c'est la fin. Celle-ci était inattendue et surprenante. 

Petit détour pour vous parler très brièvement de l'objet livre. Je trouve que le travail dessus est à souligner. La couverture est super-jolie et me fait penser à l'univers de la bande dessinée. Le texte à l'intérieur est fluide et assez gros, ce qui facilite la lecture. Et je trouve que c'est assez rare d'avoir un recueil de nouvelles en grand format. 

Vous l'aurez compris, ce fût une bonne découverte. À lire en une fois ou en compagnon d'une autre lecture.

Ma note : ★★

Un avion sans elle de Michel Bussi

Editions : Pocket - Nom des pages : 573 - Nombre de chapitres : 62




Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l'identité de l'unique rescapé d'un crash d'avion, un bébé de 3 mois ? Deux familles, l'une riche, l'autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les média ont baptisée Libellule. Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l'histoire, avant d'être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête.
Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu'à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante jusqu'à ce que les masquent tombent...




Cela faisait 3-4 ans que ce roman attendait patiemment dans ma pile à lire. Il était donc temps que je l'en sorte, vous ne croyez pas ?! C'est d'ailleurs une totale découverte de l'auteur, pour ma part. 

Ce fût une très bonne lecture. Une lecture addictive, même. Pourtant, il n'y a pas vraiment d'action bien au contraire, c'est assez lent. L'enquêteur qui nous raconte son enquête prend tout son temps dans la narration de ses péripéties. Et inconsciemment, les pages se tournent toutes seules.

L'intrigue que nous propose Michel Bussi est originale : suite à un crash aérien en plein milieu des montagnes, un bébé va être retrouvé, seul survivant de cette catastrophe. Malheureusement, au moment du drame, deux bébés se trouvaient à bord. La question cruciale se pose alors : à quelle famille appartient-il ? Et c'est ce qui nous tient en haleine jusqu'au bout. 

Il y a eu quelques longueurs parfois. Mais l'auteur nous fait languir et ce, jusqu'au dernier chapitre. D'ailleurs, je dois l'avouer que plus j'avançais vers la fin, plus je commençais à avoir des doutes sur la révélation. Et je ne me suis pas trompée. Toutefois, il y a quelques petits rebondissements que je n'avais pas vus venir et qui m'ont agréablement surprise.

Je vous le recommande car l'intrigue est intéressante, peut-être un peu prévisible avec du recul mais elle n'en reste pas moins bien.


Ma note : ★★

Massacre en Engadine de Kévin Tondin

Editions : Lulu Press - Nombre de pages : 418 - Nombre de chapitres : 28


Un groupe de jeunes, partis en vacances dans un chalet au cœur de l'Engadine, dans le canton des Grisons, est pris pour cible par un tueur sanguinaire qui est bien décidé à les tuer jusqu'au dernier. Attention, ce roman contient des scènes de violence pouvant heurter la sensibilité de certaines personnes.



Avant toute chose, je tenais à remercier l'auteur pour l'envoi de son roman et donc, pour sa confiance. Étonnamment, ce fût une bonne lecture malgré mes difficultés à rentrer dans l'histoire.

En effet, j'avouerais avoir eu un peu de mal à m'y mettre. Beaucoup de personnages nous sont présentés et on peut vite s'emmêler les pinceaux. De plus, pendant les 100-150 premières pages, il ne se passe pas grand-chose. On fait connaissance avec les jeunes, on découvre le lieu de leurs vacances. Finalement, je réalise avec du recul que c'est normal. L'auteur pose les bases de son intrigue, instaure une certaine ambiance.

Il y a pas mal de description, ce qui donne un côté très visuel à l'histoire. C'est très facile d'avoir les images en tête. Je vous laisse donc imaginé ce que ça donne lors des scènes d'horreur. Car il y en a, et pas qu'un peu ! 

Comme indiqué dans le résumé, ce roman est pour un public averti. Les scènes de massacres sont très bien décrient et sont d'une grande violence. Nos jeunes protagonistes vont se retrouver face à un malade sadique et sans aucune empathie. Je me suis même dit : "j'espère ne jamais tomber sur ce genre d'individu !"

Kévin Tondin précise, chose que j'ai appréciée d'ailleurs, que le scénario n'a rien d'original, mais que tout est dans la façon dont il est amené (la relation entre les personnages ou les meurtres). On sait donc d'entrée, à quoi s'attendre. Et pour le coup, c'est difficile d'être surprise par le dénouement de l'intrigue (je suis une fan de films d'horreur), on retrouve le schéma classique. J'ai tout de même apprécié le petit clin d'œil à Vendredi 13. Et ce n'est pas la seule référence que l'auteur nous donnera tout au long de son roman. 

Pour ce qui est de la fin, elle est un peu comme le reste du roman : on s'y attend. Toutefois, l'auteur conclut son histoire avec un certain rebondissement qui laisse la possibilité d'une suite ou c'est tout simplement une fin ouverte, comme on peut en voir dans pas mal de scénario de films d'horreur.

J'ai bien aimé ma lecture malgré un démarrage difficile. Et si le dénouement de l'intrigue est assez prévisible, on passe tout de même un bon moment. De plus, j'ai adoré découvrir un petit bout de la Suisse tout au long du roman.

Ma note : ★★

On a tous une bonne raison de tuer de Pétronille Rostagnat

Editions : Incartade(s) - Nombre de pages : 313 - Nombre de chapitres : 45




Gabrielle est découverte dans son bain, les poignets tailladés. Tout laisse à croire à la tentative de suicide d'une mère au foyer désœuvrée, mais Gabrielle n'a aucun souvenir de son acte. Poursuivie par la désagréable impression d'être en permanence observée, elle est presque sûre d'avoir été, en réalité, victime d'une tentative de meurtre. Après avoir installé des caméras chez elle, elle surprend la visite d'une jeune inconnue puis découvre, lors d'un cocktail organisé par le cabinet d'avocats de son mari, qu'il agit d'une proche collaboratrice de celui-ci. Trois jours plus tard, cette dernière est retrouvée assassinée. Commandant au 36 quai des Orfèvres, Alexane Laroche se retrouve impliquée de plein fouet dans cette affaire. Son mari Charles est l'un des associés du cabinet et personne ne peut être exclu de la liste des suspects...



Merci aux éditions Incartade(s) pour cette réception ! J'ai passé un très bon moment et fais une belle découverte en ce qui concerne l'auteure. 

J'ai adoré ma lecture. Tout dans cette intrigue s'entremêle. D'un côté nous avons Gabrielle et son suicide. Elle n'a aucun souvenir de cet épisode de sa vie et est persuadée de ne pas avoir attenté à ces jours. Mais dans ces cas-là, comment en est-elle arrivée là ? Et de l'autre, nous avons le meurtre d'une jeune femme qui se révèlera être la collaboratrice du mari de Gabrielle mais aussi celle du mari d'Alexane, qui sera chargé de l'enquête. Mais c'est finalement le meurtre et son enquête qui prendra le dessus de l'histoire. Le suicide passe au second plan mais très vite, on y reviendra par la suite. 

L'intrigue monte crescendo, et c'est ce que j'aime. Avancée, à tâtons, en même temps que les enquêteurs. On réfléchit, on se fait notre liste de suspects. Plus on avance, plus on découvre pas mal de secrets et de non-dits entre les personnages.

La révélation finale m'a beaucoup surprise puisque je ne m'attendais pas du tout à ça. Et l'auteure termine son roman d'une certaine façon qui nous laisse "perplexe" mais dans le bon sens du terme. 

Pour parler de Pétronille Rostagnat très rapidement, j'ai bien aimé sa plume. Elle met pas mal de description dans son récit sans pour autant que ça soit de trop. La lecture est fluide et les chapitres pas trop longs. 

En soi, que du positif à retenir. C'est un roman que je vous recommande et pour ma part, ce sera avec plaisir que je lirais d'autres romans d'elle.


Ma note : ★★

Bilan du Cold Winter Challenge 2018

Hello tout le monde ! 

C'est l'heure de faire le bilan du Cold Winter Challenge 2018. Je m'étais concocté une pile à lire de 3 livres (je vous renvois vers cet article afin de voir ma petite sélection). J'ai eu un peu de mal à me mettre dans le challenge n'ayant vraiment pas la tête à lire en cette fin d'année. Sur les 3 livres de prévus, j'en ai lu 2 dont un qui n'était pas dans ma sélection.
Cold Winter Challenge 2018 ✔️

DÉCEMBRE : J'ai voulu commencer avec Shinning de Stephen King. Mais je n'avais pas envie de cette lecture à ce moment-là. Je me suis alors tournée vers La Véritable histoire de Noël de Marko Leino, qui me tentait beaucoup plus. Je pensais lire ce roman comme un calendrier de l'avent (un chapitre = un jour). Mais ayant accumulé pas mal de retard, j'ai abandonnée l'idée pour pouvoir lire à mon rythme. J'ai bien aimé cette lecture, idéale pour le mois de Décembre. 
Grâce à lui, je valide mon menu : La magie de Noël 🎄

JANVIER : Puis en début du mois, j'ai eu envie d'un roman policier/thriller. Dompteur d'anges de Claire Favan me faisait de l’œil et l'envie de découvrir cette autrice aussi. J'ai adoré ce livre, qui m'a fait passer un bon moment. Il me tarde de découvrir d'autres livres de Claire Favan. Cette dernière lecture m'accompagna durant tout Janvier et conclut mon challenge !
Grâce à lui, je valide mon menu : Stalactites ensanglantées 🔪

Concernant les points, seule ma lecture du mois de Décembre m'en rapporte.

+1 point pour la "Couverture de Noël".
+1 point pour "Contes/Légendes nordiques".
+1 point pour "Auteurs/Autrices scandinaves".
+1 point pour "Couverture avec de la neige".

4 points au total. Je suis donc un Bonhomme en pain d'épices.

__----------------___

🔜  Cold Winter Challenge 2019 !